French English German Italian Spanish

.

Historique

L'histoire du domaine val de saânais a été tracée en remontant jusqu'à l'Epoque Antique, en passant par le Moyen-Age, la Renaissance, le XVIIème et le XIXème Siècle. Mais, en vérité, la date la plus importante pour Val de Saâne, est bien sûr, sa naissance ... !

Époque Antique

A l'époque gallo-romaine, une voie traverse vraisemblablement les vallées de la Saâne et de la Scie reliant la Bretagne à la zone maritime du nord de la Gaule.

Varvannes est probablement sanctuarisé dès la plus haute antiquité. La topographie culturelle montre encore une forte religiosité associée aux sources.

La tradition veut que Thièdeville se soit érigé à l'emplacement d'une ancienne villa romaine, propriété d'un certain Tiède ou Thiède.

Anglesqueville vient du latin Anglica-villa signifiant "domaine anglais". Ce bourg est aussi appelé Anslec Villa ou Terra Filioram Anselch qui pourrait faire référence à Anslech de Briquebec, personnage de la cour de Guillaume Longue-Epée.

Au Moyen-Âge

Le bourg d'Anglesqueville constitue au Moyen-Âge un point de peuplement dense.

Dès 1059, une charte souscrite par Guillaume le Bâtard confirme que Raoul de Varenne, seigneur d'Anglesqueville et sa femme Emma, ont vendu, entre autres biens, l'église d'Anglesqueville et six acres de terre à l'abbé et aux moines de la Trinité-du-Mont de Rouen.

L'activité dominante est l'exploitation des moulins.

Sa situation entre la côte maritime et la Seine favorise le succès de ses foires et marchés.

À la Renaissance

Vers 1585, une épidémie de peste décime la quasi-totalité de la population.

Le 10 novembre 1591, les troupes d'Henry IV campent à Anglesqueville avant d'aller assiéger Rouen.

Au XVIIIème siècle

Les nouveaux tracés des routes royales déplacent le nœud routier à Tôtes.

En 1740, Anglesqueville est entièrement détruit par un incendie.

Au XIXème siècle

L'organisation commerçante du bourg voit l'apparition de blanchisseries et de tanneries mais c'est la production de grains et de volailles destinées à l'approvisionnement de Paris qui soutient l'économie du village.

1er février 1964 : naissance de Val de Saâne

Au début des années 60, six communes de la vallée de la Saâne souffrent d'un sérieux essoufflement. Dépeuplement, exode rural, évolution industrielle, mécanisation agricole sont parmi leurs principales préoccupations.

Reconnaissant que chacun des villages est impuissant seul, les conseils municipaux des quatre communes jugent, au cours de l'année 1963, qu'une union serait belle et bien profitable. Cette initiative est alors vivement encouragée par les Pouvoirs Publics et plus particulièrement par le Ministre de l'Intérieur. Un travail considérable est dès lors mené par les élus locaux et les services préfectoraux.

Début 1964, les conseils municipaux sont amenés à se prononcer sur leur désir ou non d'appartenir au regroupement. Sur les six conseils, quatre soutiennent à une très grande majorité le regroupement de leur commune en une seule. Anglesqueville sur Saâne, Eurville, Thiédeville et Varvannes fusionnent en un seul village baptisé VAL DE SAÂNE, grâce à l'imagination de Jehan le POVREMOYNE, historien et conteur très connu dans le Pays de Caux, qui a su trouver ce nom très "rassembleur".

Le 1er février 1964 : FUSION DE 4 VILLAGES ... :

  • Anglesqueville sur Saâne
  • Eurville
  • Thiédeville
  • Varvannes

... EN 1 COMMUNE :

  • VAL DE SAÂNE

Cette histoire a passionné toute la France du moment : radio, presse, télévision ont toutes été attirées par cet événement, très novateur à l'époque.

Le préfet délégua alors le Directeur de l'Ecole des Beaux Arts de Rouen de l'époque afin d'établir un plan d'ensemble cohérent des réalisations à effectuer. C'est alors que s'ouvre un vaste chantier d'aménagement du centre de la commune.

L'union des quatre villages est donc une véritable aubaine de développement dans tous les domaines de la vie communale.

C'est donc un village dynamique, agréable et solide qui est né le 1er février 1964.

La qualité de vie des Val-de-Saânais est d'ailleurs reconnue sur le plan national puisque Val de Saâne reçoit en 1969 le premier prix national et le coq d'or du concours "Village que j'aime".